Ecole de Ourougondo

Quand nous sommes arrivés la première fois au Mali fin 2004, nous avons liés contact avec des habitants du village d’Ourougondo. Il s’agit d’un hameau peulh   ( peuple de nomades) comprenant une trentaine de maisons et dont le nombre d’habitants varie de 30 à 300 selon la période de l’année.Celle ci est déterminée par la quantité d’eau disponible pour les animaux dans le marigot (point d’eau).

Ces gens vivent principalement du lait et de la viande de leurs bêtes et lorsque vous arrivez chez eux, ils insistent pour vous offrir le peu qu’ils ont….

Personne dans ce village n’a jamais fréquenté l’école… Début 2007, nous leur avons proposé de mettre des enfants à l’école et ce sera le prémisse de l’école d’Ourougondo.

Malheureusement, nous nous sommes vite rendu compte que l’école qu’ils fréquentaient ne leur était pas du tout adaptée (langue différente d’où difficulté d’intégration). Nous avons donc, en accord avec l’autorité scolaire malienne, ouvert en 2011, deux, puis trois, et ensuite 4 classes dans notre maison et assumons grâce à l’asbl et aux dons divers les frais en découlant    ( fournitures, matériels scolaires, salaire d’une partie du corps enseignant).

En 2016, une trentaine d’élèves suivent les cours à Ourougondo. Malheureusement 2 jeunes filles ont été contraintes d’arrêter l’école pour se marier et 3 garçons ont arrêté de suivre les cours de leur plein gré.

En 2019, suite à l’insécurité créé par des attaques djihadistes et la mort du chef du village Amadou Dicko égorgé au retour du marché, les habitants se sont enfuis et l’école a été déserté. Nous avons appris quelques semaines plus tard que le bâtiment, donc notre maison qui abritait les salles de classe a été vandalisé et pillé. Où sont ces enfants, difficile à savoir…. Quand aux élèves parrainés de Bandiagara, ils sont toujours suivis par les représentants de l’asbl .

Merci à eux pour leur travail dans ces conditions difficiles.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.